Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Est-il trop tard pour être pessimiste ...
  • Est-il trop tard pour être pessimiste ...
  • : Pourquoi le crapaud qui fume ? Parce l'être humain est le seul animal assez sadique pour faire ce genre de saloperies, et parce qu'a l'image du crapaud, il s'empiffrera jusqu'à exploser, sans aucune chance de rien recracher...
  • Contact

Recherche

Lait vache : souffrances insoupçonnées des produits laitiers.

Le modèle agricole Français !

Little_banniere-salon-agriculture-2011.png

N'hésitez pas à commenter, ce lieu est fait pour échanger, même, et peut être surtout, si on n'est pas d'accord...

27 novembre 2014 4 27 /11 /novembre /2014 16:11

Trop rare pour passer inaperçu, un excellent bouquin (Omerta sur la viande) sur ce que personne ne veut voir, lire, entendre, le cauchemard des abattoirs, écrit par un homme de l'ombre, de l'intérieur, qui rêvait, et rêve encore, de déchirer un peu les nuages qui plombaient sa vie. Même pas pour les animaux, le sujet est peu abordé dans le livre, mais ne serait-ce que pour les humains.

La démonstration du niveau de schizophrénie d'un système alimentaire qui vend du bonheur (si si, le bonheur d'être un démon, c'est dans la pub), et fabrique de la merde avec de la matière vivante. Des vrais alchimistes des temps modernes, transformer la vie en merde et la vendre à prix d'or ... C'est l'économie Bretonne.

Bref, un excellent bouquin qui parle évidemment d'une exception, l'entreprise Castel Viandes, qui est évidemment la seule à travailler de la sorte et qui entube tous ces partenaires commerciaux, qui aiment ça et y reviennent, bizarre...

Le système satisfait toute la chaîne de distribution, mais la populasse commence à montrer les dents... Et la méthanisation sort du chapeau de l'Ademe... Que faire de ces déchets, ces invendus, ces... beurk... qui ont toujours été réintroduit dans les merguez, steaks hachés et autres minerais ?... De l'énergie messieurs dames... La viande avariée aura désormais une valeur marchande, qui permettra aux plus gros du secteur de faire encore de belles marges en vendant de l'énergie sur le gras de nos milliards d'animaux exterminés et nourris à la farine de poissons et de leurs congénères. Bonne lecture et bon apétit.

Evidemment, l'auteur de ce très bon livre rêve qu'un autre monde de 7 milliards de charognards propres est possible, ce n'est pas mon avis mais c'est un autre débat...

Partager cet article

Repost 0

commentaires